L'EXCELLENCE DE LA TRADITION TRANSMISE PAR L'AVENIR
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
min.
sec.

Le minuteur est volontairement préréglé sur 16 minutes afin de prendre en compte le temps de démarrage de l’activité.

La durée de la séquence de travail doit être effective et ne représenter uniquement que du temps de jeu et non du temps de mise en place ou de préparation.

Gammes , arpèges & mouvements contraires | 8'

  1. connaître l’armure dans l’ordre des bémols ou des dièses. Etre capable des les nommer sans se tromper immédiatement.
  2. Pratiquer la main droite, puis la main gauche et enfin les mains ensembles. Changer cet ordre tous les jours. Par exemple, après avoir étudier le lundi dans cet ordre, commencer le mardi par la main droite descendante puis remontante, ensuite la main gauche descendante puis remontante et enfin les mains ensembles descendantes puis remontantes. Le jour suivant, commencer par la main gauche. Le jour d’après, commencer par les mains ensembles d’abord, les mains séparées ensuite, etc…
  3. Clique sur ce lien pour afficher la gamme si tu en as besoin –> gamme interactive
  1. connaître l’armure dans l’ordre des bémols ou des dièses. Etre capable des les nommer sans se tromper immédiatement.
  2. Pratiquer la main droite, puis la main gauche et enfin les mains ensembles. Changer cet ordre tous les joursPar exemple, après avoir étudier le lundi dans cet ordre, commencer le mardi par la main droite descendante puis remontante, ensuite la main gauche descendante puis remontante et enfin les mains ensembles descendantes puis remontantes. Le jour suivant, commencer par la main gauche. Le jour d’après, commencer par les mains ensembles d’abord, les mains séparées ensuite, etc…
  3. Clique sur ce lien pour afficher la gamme si tu en as besoin –> gamme interactive
  1. connaître l’armure dans l’ordre des bémols ou des dièses. Etre capable des les nommer sans se tromper immédiatement.
  2. Pratiquer la main droite, puis la main gauche et enfin les mains ensembles. Changer cet ordre tous les joursPar exemple, après avoir étudier le lundi dans cet ordre, commencer le mardi par la main droite descendante puis remontante, ensuite la main gauche descendante puis remontante et enfin les mains ensembles descendantes puis remontantes. Le jour suivant, commencer par la main gauche. Le jour d’après, commencer par les mains ensembles d’abord, les mains séparées ensuite, etc…
  3. Clique sur ce lien pour afficher la gamme si tu en as besoin –> gamme interactive
  1. connaître l’armure dans l’ordre des bémols ou des dièses. Etre capable des les nommer sans se tromper immédiatement.
  2. Pratiquer la main droite, puis la main gauche et enfin les mains ensembles. Changer cet ordre tous les joursPar exemple, après avoir étudier le lundi dans cet ordre, commencer le mardi par la main droite descendante puis remontante, ensuite la main gauche descendante puis remontante et enfin les mains ensembles descendantes puis remontantes. Le jour suivant, commencer par la main gauche. Le jour d’après, commencer par les mains ensembles d’abord, les mains séparées ensuite, etc…
  3. Clique sur ce lien pour afficher la gamme si tu en as besoin –> gamme interactive
Etudes Techniques Spécifiques

Exercice Technique | 6'


ORNEMENTAL FILIGREE

Le but de cet exercice technique est de faire travailler :

  • La tonalité (Ré bémol majeur – 5 bémols)
  • Les plans sonores (différents équilibres entre les mains bien sûr mais également différents équilibres à l’intérieur d’une même main entre les doigts).
  • Le jeu harmonique (produire un tapis harmonique | accords, constant, doux et fluide mettant en valeur la mélodie).

 

Ouvrir la partition interactive de l’exercice —> Ornemental Filigree

 


LA TONALITE

Il faudra bien avoir à l’esprit les 4 bémols de l’armure avant de se lancer dans le jeu. Chanter la mélodie en précisant dans sa pensée l’armure n’est pas un travail superflu et évitera bon nombre d’erreurs inutiles.  Pour cela, il suffit de prendre la partition et de chanter la mélodie tout en lisant le texte (les notes). Tout en chantant, garder un œil sur l’armure pourra voir bien en tête les cinq bémols.

Par exemple : pour la première phrase, chanter : sol – fa – mi – do mais voir les notes bémolisées tout en lisant (notes en gras)

Pratiquer ainsi phrase par phrase. nb :Les phrases sont matérialisées par les liaisons mélodiques.

 

LES PLANS SONORES

La main gauche demandera un soin tout particulier pour ne pas sonner mécanique ou rigide. Un jeu phrasé “par le bras” est nécessaire pour “alléger” le motif d’accompagnement en accords brisés et un diminuendo par groupe de 4 croches permettra à la fois d’adoucir le motif tout en installant un léger rubato naturel dans le motif tout à fait indiqué pour exécuter cet exercice.

Il conviendra donc de s’entraîner à jouer “en éloignant le son – diminuendo” de la première croche jusqu’à la 4ème croche de chaque accord. Utiliser le bras en décrivant de légers cercles permettra d’aider au bon phraser. Répéter ce phraser pour chaque motif.

La main droite quant à elle demandera moins d’attention technique que la gauche. Toutefois, une bonne connaissance de la tonalité nécessitera que le phase préparatoire expliquée dans la rubrique tonalité ait été correctement et suffisamment étudié. Le jeu devra être clair et très chantant “nuance mezzo-forte” dès le début afin de pouvoir proposer un joli contraste de volume et de texture sonore à la mesure n°3 en exécutant le decrescendo pour arriver sur une nuance piano à la mesure n°4.

Ensuite, et de façon générale, le jeu devra proposer un rubato approprié comme indiqué en en-tête de partition “Andante con rubato“. Les deux DO bémols mesures n°4 et n°6 offrent une occasion unique de créer une double attente lors de leur exécution qui facilitera la production d’un jeu rubato naturel. Il est bon de noter que le premier DO bémol devra être joué “piano” alors que le second devra avoir retrouvé un chant très clair “mezzo-forte” à la sortie du crescendo de la mesure n°5.

Le final à partir du troisième temps de la mesure n°7 devra offrir un diminuendo qui fera clairement entendre le côté conclusif de ce moment de la pièce. Un rallentando marqué mais sans excès ainsi qu’un decrescendo jusqu’à la nuance piano (et pourquoi pas pianissimo en ayant recours à la pédale una corda…) permettront de réaliser correctement ce moment musical qui devra être particulièrement soigné pour avoir son rôle propre.

 

LE JEU HARMONIQUE

C’est probablement la partie qui sera la moins soignée car la plus exigeante en temps et en motivation. C’est pourtant la plus passionnante et gage de progrès importants dans le jeu si elle est étudiée avec soin.

La tonalité de la pièce est Ré bémol majeur. Les 7 accords de la tonalité sont donc :

I – Réb Majeur | ii – mib mineur | iii – fa mineur | IV – Solb Majeur | V – Lab Majeur | vi – sib mineur et vii° – do diminué

Cependant, la présence d’altérations dès la seconde mesure indique une modulation harmonique. La reflexion consiste à savoir vers où le compositeur a-t-il modulé ?

Exercice n°1 : tracer un tableau à 6 grandes cases. Placer Ré bémol majeur au milieu en haut; c’est la case du ton principal (notre tonalité de départ). La case du dessous est réservée à sa tonalité relative. Question n°1 : Quelle est la tonalité relative de Ré bémol majeur ?

La case en haut à gauche est réservée au ton inférieur de Ré bémol majeur. Question n°2 : Quel est le ton inférieur de Ré bémol majeur (indice : celui qui a donc un bémol de plus à l’armure). Question n°3 : Quel est la tonalité relative de ce ton inférieur ? La réponse devra être écrite dans la case en dessous; en bas à gauche du tableau donc.

La case en haut à droite est réservée au ton supérieur de Ré bémol majeur. Question n°4 : Quel est le ton supérieur de Ré bémol majeur (indice : celui qui a donc un bémol de moins à l’armure). Question n°5 : Quel est la tonalité relative de ce ton supérieur ? La réponse devra être écrite dans la case en dessous; en bas à droite du tableau donc.

Comme je l’écrivais plus haut, c’est tout ce travail de compréhension harmonique qui est le plus souvent délaissé. C’est pourtant lui qui permet d’appréhender correctement l’interprétation d’une pièce en offrant au pianiste l’opportunité de varier son jeu au gré de son envie tout en restant pertinent dans son interprétation. C’est la connaissance des accords et des cadences rencontrées qui nous renseigne avec précision sur les moments de tension ou de relâchement contenus dans le texte.

Le but de cet exercice est donc d’arriver à identifier correctement les sous-parties (modulations), de nommer les accords rencontrés en comprenant leur fonction (accord de tonique I, de sous-dominante IV qui créent une tension, de dominante V qui créent un relachement, ou autre…).

La maîtrise de cette partie permettra de sortir d’un jeu bachoté et systématiquement identique, elle permettra de mieux appréhender la suite d’accords, d’avoir donc un jeu plus assuré, de développer sa capacité à jouer fluide mais plus vite et offrira au musicien qui aura fourni cet effort une liberté dans ses interprétations qui sera tout simplement interdite aux autres.